Réouverture de la Bièvre

Réouverture de la Bièvre

La rivière de 36 kilomètres de long, qui fut longtemps le seul affluent de la Seine à Paris, a été recouverte au fil du temps pour éviter les nuisances (notamment olfactives) au point de disparaître totalement dans la terre. Elle est aujourd’hui gérée par le Syndicat Intercommunal d'Assainissement de l'Agglomération Parisienne (SIAAP) et le Conseil général du Val-de-Marne en tant que réseau d'assainissement. Mais, depuis 2000, la Communauté d'agglomération s'est vue confiée la compétence « valorisation de la Bièvre » et travaille en lien avec les villes, le Conseil général et tous les partenaires concernés par  sa réouverture en milieu urbain et à sa mise en valeur.

Ce projet d'aménagement a autant vocation à préserver l'environnement et la bio-diversité qu'à améliorer le cadre de vie des habitants. En 2003, la Communauté d'agglomération a ainsi élaboré un schéma directeur de valorisation de la Bièvre pour permettre une réouverture de la rivière, la plus complète et la plus durable possible. Un premier tronçon de 180 mètres de long a pu être mis au jour avec la création du Parc des Prés à Fresnes. Cette réouverture – qui s'accompagne d'une gestion différenciée des espaces verts (c'est-à-dire respectueuse de l'environnement et sans utilisation de produit phytosanitaire) – a ainsi permis d'augmenter de plus de 70 % la biodiversité au Parc des Prés. Les services assurent des visites pédagogiques, notamment auprès des écoles et des centres de loisirs des différentes villes de la Communauté d’agglomération.

Deux autres nouveaux tronçons devraient ainsi être prochainement remis à l’air libre par le Conseil général : ils se situent respectivement le long de l’avenue Flouquet à l’Haÿ-les-Roses (650 mètres) et dans le parc départemental du Coteau à Arcueil-Gentilly (610 mètres). Des études de faisabilité sont également conduites depuis 2011 par la CAVB en partenariat avec les villes  pour une réouverture de la Bièvre dans la Zac Camille Desmoulins à Cachan et au jardin de la paix à Gentilly. Environ 80 % des coûts de réouverture et de réaménagement de la Bièvre sont financés par la Région Ile-de-France et l'Agence de l'eau.

A long terme et à l’échelle de l’ensemble du basin versant de la Bièvre, depuis sa source dans les Yvelines jusqu’à Paris, la Bièvre fait l’objet d’un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) en cours. Porté par cinq Communautés d'agglomération, trois départements, la région Ile-de-France et deux villes (Paris et Rungis), ce schéma propose une vision à 15-20 ans des aménagements à réaliser. Le SAGE constitue un document de planification générale opposable aux Plans Locaux d’urbanisme des villes concernées.