La fibre optique

C’est la technologie utilisée depuis des décennies pour relier entre eux les grands « nœuds » de l’internet mondial. Depuis quelques années, la fibre se généralise et s’étend jusqu’aux internautes, particuliers comme entreprises, qui peuvent bénéficier directement de ses hautes performances.

Il s’agit d’un fil de verre ou de plastique plus fin qu’un cheveu, qui conduit la lumière et sert aux transmissions longues distances de données. Avec des débits symétriques 100 fois plus importants que le réseau ADSL actuel et sans aucune atténuation de signal sur les longues distances, le gain en rapidité et en qualité est considérable. C’est la technologie la plus efficace pour passer au Très Haut Débit. Cependant, les réseaux sont récents et encore peu développés. Ils nécessitent souvent de longs délais avant le raccordement final des utilisateurs, surtout dans les zones moins denses, moins rentables et où le retour sur investissement n’est pas toujours assuré pour les opérateurs.  

Il existe différentes architectures de réseaux et différents types de raccordement:
On distingue d’abord les solutions point à multipoint (G-PON) et point à point. Dans le premier cas, un réseau est optimisé pour desservir plusieurs utilisateurs, les fibres optiques ne leur étant pas dédiées (cas le plus fréquent pour desservir des immeubles d’habitation). Dans le deuxième cas, chaque utilisateur se voit attribuer une fibre optique dédiée de bout en bout (plus fréquent pour des applications professionnelles, voire pour des réseaux sensibles).
Quand la fibre arrive dans le logement, on parle de réseau FTTH (Fiber To The Home). Mais ils peuvent aussi s’arrêter au pied de l’immeuble (FTTB, Fiber To The Building) ou à l’armoire de rue (FTTC/FTTN, Fiber to the Node/Curbe). Le raccordement au logement peut alors être achevé par un réseau classique, de type cuivre.