Campus Grand Parc

L'OPÉRATION CAMPUS GRAND PARC

L’opération Campus Grand Parc a pour objectif de ­développer un campus urbain à vocation internationale, centré sur la recherche et l’innovation dans le secteur de la santé et des biotechnologies, tout en offrant des conditions de vie adaptées aux besoins des habitants du territoire (logements, emplois, transports, cadre de vie, commerces, services) et aux salariés du site.

Par délibération du 21 décembre 2015, la Communauté d’agglomération de Val de Bièvre a approuvé le dossier de réalisation de la ZAC et le programme des équipements publics de la ZAC, arrêtant une programmation globale des constructions.
Avec près de 415 000 m² de surface de plancher, la programmation retenue fait de Campus Grand Parc l’un des plus grands projets urbains à l’échelle de la Métropole parisienne.

LA PROGRAMMATION GLOBALE

L’aménagement de la ZAC, d’une superficie totale de 82 ha, permettra la mise en œuvre d’un programme global des constructions d’environ 415 000 m² de surface de plancher, ainsi répartie :

> 215 000 m² SDP environ dédiés au logement :
- En prévoyant la construction d’environ 3 300 logements.
- En respectant une mixité entre logements sociaux et résidences spécifiques (27,2 %) et logements en accession (72,8 %).
- En développant des programmes de logements favorisant le parcours résidentiel depuis le logement social jusqu’au logement en accession en passant par les logements spécifiques (résidences services, foyer pour les jeunes travailleurs, pour les étudiants, etc.) représentant 300 logements environ.

 

> 150 000 m² SDP environ dédiés aux activités économiques :
- Le site accueillera environ 150 000 m² de surface de plancher à vocation économique (bureaux, activités liées aux biotechnologies, etc.). Ce pôle d’activités économiques devrait permettre la création de plusieurs centaines d’emplois.
- Ce « pôle économique » profitera de la proximité de l’A6 et d’une amélioration importante de la desserte en transports en commun avec la mise en place d’un pôle d’intermodalité grâce à l’arrivée d’une nouvelle station de métro accueillant les lignes 14 et 15 et d’un pôle bus.

> 20 000 m² SDP environ dédiés au pôle d’enseignement et de formation aux métiers de la santé :
- Le site accueillera un pôle de formation continue et notamment la formation initiale Santé de l’Université Paris Sud.

> 30 000 m² SDP environ d’équipements, commerces et services :
- Au rez-de-chaussée des immeubles d’habitation, une offre de commerces de proximité, activités artisanales et services sera développée, notamment le long de l’allée du Parc et de la promenade des Horizons, du parvis de la gare Villejuif-IGR. Le site accueillera des équipements de proximité pour les scolaires et pour le sport.

UNE APPROCHE PARTENARIALE

Le pilotage stratégique du projet, assuré par la Communauté d’agglomération de Val de Bièvre (CAVB) depuis la création de la ZAC en septembre 2011, est depuis janvier 2016 sous la responsabilité de l’Établissement Public Territorial Grand-Orly Val-de-Bièvre Seine-Amont, dans le cadre d’un partenariat renforcé avec la ville de Villejuif.

L’opération d’aménagement Campus Grand Parc fait par ailleurs intervenir de multiples partenaires tels l’Association Cancer Campus, la Conférence Territoriale de la Vallée Scientifique de la Bièvre, l’Institut Gustave Roussy et le Département du Val-de-Marne. 
L’aménageur de la ZAC est Sadev 94, qui s’est adjoint les compétences d’une équipe de maîtrise d’œuvre composée de l’agence d’architectes urbanistes TVK, de l’agence de paysagistes TER et du bureau d’études Ingerop, chargée de la conception du projet.

LES OBJECTIFS DU PROJET 

> Le renforcement du socle scientifique et des capacités d’enseignement par l’accueil de nouvelles équipes de recherche et le développement de plates-formes technologiques innovantes.
> Le développement de la valorisation d’entreprises du secteur bio-médical.
> La constitution d’un pôle citoyen d’information, d’accompagnement et d’accueil des professionnels de la santé.
> Le développement de services aux salariés et aux habitants (hébergement pour chercheurs et étudiants, équipements de loisirs, commerces et restauration).
> La conception d’un campus urbain à vocation mondiale centré sur la cancérologie, mais qui intègre les autres fonctions de la ville, et plus particulièrement la fonction habitat et services (équipements publics, desserte viaire, transports collectifs publics).
> L’intégration à l’environnement urbain, économique, culturel et environnemental déjà constitué, en trouvant les modalités de son ancrage territorial, notamment au travers de la future interconnexion de transports collectifs (intersection entre le prolongement de la ligne n°14 jusqu’à Orly et la ligne 15 en rocade).
> La réalisation d’une programmation urbaine volontairement mixte, avec une grande partie de la constructibilité attendue réservée à la programmation scientifique, tertiaire et activités économiques, mais également destinée à une programmation favorisant le parcours résidentiel des habitants ainsi qu’à des équipements, services et commerces.

DÉVELOPPER UN BIOPARC D'ENVERGURE INTERNATIONALE

Créée en 2007, l’association Cancer Campus, dont l’Établissement Public Territorial Grand-Orly Val-de-Bièvre Seine-Amont est membre, a pour mission de rassembler autour de l’Institut Gustave Roussy des compétences médicales et scientifiques, des entreprises et des centres de formation, au service de la lutte contre le cancer, domaine où la France et l’Île-de-France disposent de compétences ­reconnues internationalement, notamment en essais ­cliniques.

Son ambition est de développer le premier bioparc ­européen dans le domaine de l’innovation en cancérologie. Avec également à proximité le pôle de santé de l’université Paris Sud et le CHU de Bicêtre et de Paul Brousse, Campus Grand Parc est au centre d’un campus sciences et santé de premier ordre. Ainsi le site accueillera une large gamme d’activités et de services autour de l’innovation en santé (imagerie, instrumentation et dispositifs médicaux, nouvelles technologies de l’information et de la communication et télémédecine) ainsi que de nouvelles formations universitaires en santé.